L’éco-pâturage fait école

jQuery Slider

Reprise de l'article de Georges Lamothe publié dans la DL du 05/05/2021. Un grand merci.

L’écopastoralisme ou éco-pâturage, comment ça marche ?

C’est le sujet que traitent cette semaine les 25 élèves de la classe de CE1 – CE2 de Saint Sulpice. Avec l’aide du dictionnaire ils avaient bien écrit : « mode d’entretien écologique des espaces naturels par le pâturage d’animaux herbivores ». Mais encore valait-il mieux aller voir comment ça se passe. La veille un troupeau de quelques 200 moutons était arrivé sur le terrain communal juste derrière l’école. L’occasion était trop belle ! Rendez-vous était pris avec Didier Pernet, le berger sans terre de Saint Méard de Dronne. Une journée de classe pour bien préparer ses questions et la rencontre pouvait avoir lieu.

Le berger, béret savoyard sur la tête, houlette, le bâton de berger à la main, accueille maîtresse et élèves à l’heure prévue : « Attention à la clôture électrique, même si je l’ai débranchée pour vous. Voilà mes moutons. Vous voulez les voir de plus près ? ». Après un « oui » unanime, le berger commande à Pétra, son chien de conduite de rassembler le troupeau. En quelques secondes, les moutons éparpillés sur plus d’un hectare se retrouvent regroupés face la classe et les questions fusent :

Camille, 9 ans, dit avoir accompagné en janvier l’arrivée de la transhumance sur les côteaux de Saint Pardoux et voudrait maintenant tout savoir sur ce grand troupeau. Leur nombre, leur race, comment ils vivent…

Le berger explique : « En ce moment il y a 180 brebis et 100 agneaux, tous de la même race, une race landaise connue pour sa rusticité et pour sa viande très tendre. Comme chez nous, il y a des blancs, des noirs, des grands et des plus petits avec de grandes ou de plus petites cornes, c’est la nature. Ils vivent toujours dehors, hiver comme été, ils se nourrissent de ce qu’ils trouvent. Quand ils arrivent sur une nouvelle pâture, comme vous devant votre assiette, ils commencent toujours par ce qu’ils préfèrent ; les feuilles de lierre, les jeunes ronces, les légumineuses comme le trèfle et les graminées. Je leur apporte juste un peu de sel pour les aider à digérer les plantes les plus ligneuses. ».

Intriguée par la présence de très petits agneaux en train de téter, Noémie, elle, veut savoir où et quand ils sont nés. « Ils naissent en plein air, la mère s’isole le temps de la mise base, puis revient au milieu du troupeau dès que l’agneau marche. Chaque maman reconnait toujours son petit à l’odeur et à son bêlement spécial. Si jamais il y a un problème, je garde le petit à la maison et lui donne le biberon toutes les trois heures, mais c’est très rare. Puis, avant l’âge de six mois, je dois leur mettre une boucle d’oreille pour les identifier, c’est la loi. ».

Emilia semble être tombée sous le charme du « gros chien blanc, là, au milieu du troupeau. ». Didier explique sa présence capitale pour tout éco-pâturage : « C’est le Patou, chien de protection de race Montagne des Pyrénées. Il surveille constamment ses moutons, jour et nuit. Il en est responsable. Le troupeau, c’est sa famille. Je lui porte à manger chaque jour, matin et soir. ».

On apprendra également que Didier fait tondre les moutons deux fois par an, en mai, avant les grosses chaleurs et en octobre, car « L’hiver, quand il pleut, je ne veux pas qu’ils aient un épais manteau de laine trempée sur le dos. ».

Après les côteaux de Montagut, puis une jeune peupleraie et leur séjour à côté de l’école, ils vont partir à 4 kms dans une jeune pinède à Saint Vincent de Connezac. Didier a également trois béliers, qui, eux, hors période de reproduction, restent toujours à la maison.

En réponse à une dernière question, le berger a bien confirmé que l’expression et le jeu ‘ jouer à saute-mouton’, vient bien des moutons et brebis : « Souvent, quand ils découvrent un petit obstacle, ils y passent en sautant chacun leur tour à la file indienne. ».

Pendant toute la rencontre, Aurélie, la maîtresse a pris quelques photos et beaucoup de notes. C’était l’heure du retour à l’école. « On va continuer en classe et organiser le travail prévu. ».